Dans son article « De l’idole à l’icône. Maturation affective et foi chrétienne » (1991), Xavier Thévenot chercher à « penser la distinction entre une bonne et une mauvaise régulation de la vie affective dans la vie spirituelle, en recourant à la différence entre l’idole et l’icône. Une vie affective s’égare et aliène, si elle se vit sous le mode idolâtrique » (c’est-à-dire les réalités de la foi sont traitées, de façon narcissique, comme « des miroirs du rêve de toute-puissance qui habite le sujet »). « Elle s’épanouit et libère, si elle se vit sous le mode de l’attachement à une icône » (une image vraie de Dieu).

Lire l’article »