Articles sur Antoine Vergote :

Patrick Vandermeersch, « Antoine Vergote et sa théologie », Journée d’Etude consacrée à la mémoire d’Antoine Vergote organisée par l’Ecole belge de Psychanalyse à Louvain, Hollands College, le 15 novembre 2014

Patrick Vandermeersch, « Antoine Vergote en zijn theologie », Communications/Mededelingen van de Belgische School voor Psychoanalyse 2016 (?) (Bijzonder nummer bij de huldiging van Antoon Vergote op 15 november 2014)

Pietro Varasio, « La psicologia della religione in Antoine Vergote », Psicologia della religione-news. Notizario della Società Italiana di Psicologia della Religione APS, 24/2-3 (2019) 5-7

Mario Aletti, « Visto da vicino: Antoine Vergote », Psicologia della religione-news. Notizario della Società Italiana di Psicologia della Religione APS, 24/2-3 (2019) 9

Gertrud Stickler, « Profilo di Antoine Vergote », dans M. Aletti & G. Rossi (Eds.), Ricerca di sé e trascendenza. Approcci psicologici all’identità religiosa
in una società pluralistica, Torino, Centro Scientifico Editore, 1999, p. 17-23

nl Dirk Olemans, « Theologie en psychoanalyse in het oeuvre van Antoon Vergote », International Journal of Philosophy and Theology (formerly Bijdragen), 73/1 (2012) 55-84

Teodóra Tomcsányi, « Antoine Vergote, Founder or the empirical and psychoanalytical approach in the psychology of religion », European Journal of Mental Health, 5 (2010) 45-58 Lire l’article »

Témoignages et allocutions au moment de la mort d’Antoine Vergote »

Allocution prononcée par Jacob A. van Belzen au congrès de 2011 de l’IAPR, à Bari :

« Comment dire en quelques minutes quelque chose de significatif sur l’œuvre et peut-être sur la personne d’un homme qui peut être considéré comme une figure clé dans plus d’un mouvement intellectuel qui a balayé l’Europe au cours du XXe siècle, qui se sont étendus aux États-Unis et qui continuent à exercer une influence considérable dans un grand nombre de disciplines scientifiques très différentes ? (Comme beaucoup d’entre vous le savent, la position de Vergote dans les mouvements phénoménologiques et psychanalytiques est importante et a été très influente : il a connu personnellement et dialogué avec des personnes comme Ricœur, Lacan et un certain nombre d’autres célébrités). Comment rendre justice à la pertinence, à la substance et à l’importance d’un auteur qui a publié plus de livres et d’articles que la plupart des gens n’en ont jamais lu ? Comment être juste en moins de cinq minutes face à une œuvre qui se caractérise par sa résistance à la tendance au réductionnisme et aux déclarations radicales qui imprègnent tant la psychologie et presque toute l’opinion générale, une œuvre qui se caractérise par l’élargissement des perspectives et qui rend les choses beaucoup plus compliquées qu’elles ne le paraissent au premier abord, plus compliquées même que la plupart des collègues ne le réalisent ? Et comment faire cela en présence de l’homme lui-même ? […] À quoi bon, outre le plaisir d’écouter des anecdotes, faire connaître au public présent mes souvenirs personnels de ce géant intellectuel ? Avant même d’avoir lu une seule ligne de Vergote, je savais déjà que c’était un tel géant : à l’université néerlandaise où j’ai fait mes études, des collègues d’âge supérieur à Vergote parlaient de lui avec beaucoup de respect (et aussi avec beaucoup de jalousie…). Lorsque je repense à ses prestations lors de réunions et de conférences universitaires, je dois dire que j’ai rarement, voire jamais, été témoin d’une telle combinaison de charisme personnel, d’érudition supérieure et de grande personnalité. […] Croyez-moi : si vous avez fait votre chemin dans la profondeur d’analyse que vous pouvez trouver chez Vergote, une grande partie de la psychologie de la religion ressemble principalement à un discours sans vie »