Désir de Dieu2018-05-12T18:16:29+00:00

Section consacrée au livre :

Jean-Baptiste LECUIT, Le désir de Dieu pour l’homme. Une réponse au problème de l’indifférence, Collection « Cogitatio Fidei », Cerf, 2017.

Cet ouvrage commence par l’élaboration d’une nouvelle conception du désir. Il se poursuit par une réflexion sur le désir de l’homme pour Dieu : en quoi consiste-t-il ? Quel exaucement lui est-il offert ? Par quelles voies ? Est-il naturel à tout être humain ?
En un renversement de perspective, l’enquête se porte sur la possibilité que Dieu désire l’être humain et son salut. Elle met au jour un courant ininterrompu de Pères de l’Église, de mystiques et de théologiens qui, malgré l’avis contraire d’Augustin et de Thomas d’Aquin, n’a cessé de reconnaître et d’annoncer un tel désir, de façon toujours plus insistante. Ce parcours dans la Tradition de l’Église débouche sur une réflexion justifiant l’attribution à Dieu d’un désir pour l’homme et montrant sa portée théologique et spirituelle.

Une section de l’ouvrage est consacrée à la question des « Aspects psychologiques du désir de Dieu et du progrès vers l’union à lui », à la lumière des écrits de Freud, Winnicott, Louis Beirnaert, Antoine Vergote, Nicole Jeammet (p. 129-137)

  • Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur »
  • Pour les lecteurs intéressés par le thème, mais que les passages plus techniques peuvent faire hésiter :

Guide de lecture de l’ouvrage

Présentation

1. Couverture

(cliquer dessus pour l’agrandir)

2. Extrait de l’introduction

(Lire toute l’introduction)

Cet ouvrage est motivé par la conviction de l’enracinement dialogal de la théologie, et il est conçu pour y contribuer : penser la relation entre nous et Dieu en tant qu’elle implique le désir de communion dans l’amour, cela n’a de sens qu’à l’intérieur et au service du dialogue avec Dieu. Pour mener à bien ce projet, il faudra commencer par une étude philosophique du désir, dans ses rapports avec les notions voisines de tendance, de besoin, de volonté et d’amour. Cette étude permettra notamment de préciser en quel sens le désir tend vers une configuration relationnelle (chap. I), comment il se transforme en amour, et s’il tend vers une fin ultime (chap. II). Nous pourrons alors, à la lumière de la Bible et des grands auteurs spirituels et théologiens chrétiens, nous interroger sur l’orientation vers Dieu du désir humain ainsi conçu : en quel sens Dieu s’offre-t-il à notre désir ? En quoi consiste le désir de Dieu ? Quel exaucement lui est-il offert, en cette vie et après la mort ? Par quelles voies, et à quelles conditions ? Désirer Dieu est-il naturel à tout être humain ? Après une première partie consacrée à montrer l’importance de ces questions et à y répondre (chap. III-IV), nous serons conduits, en un renversement de perspective, à nous interroger sur la possibilité que Dieu lui-même désire notre bien et nous désire nous-mêmes. Cette hypothèse peut surprendre, si l’on s’en tient à l’idée qu’un être infiniment parfait n’a rien à désirer (chap. V). Mais nous verrons que les auteurs spirituels et théologiens de toutes époques ne se sont pas laissé arrêter par cette difficulté. Des Pères de l’Église à Benoît XVI, un courant ininterrompu de mystiques et de théologiens n’a cessé de reconnaître en Dieu, avec une insistance grandissante, et pas seulement au sens métaphorique, un véritable désir pour les hommes (chap. VII à IX). Après une étude historique et théologique établissant ce fait peu connu, nous en sonderons la signification et les importantes conséquences théologiques et spirituelles (chap. X et XI). Cela permettra de conclure en proposant quelques pistes de réflexion et d’action concernant le problème de l’indifférence, soulevé en commençant.

Table des matières

INTRODUCTION

Première partie

LE DÉSIR DE L’HOMME POUR DIEU

I – LE DÉSIR, TENDANCE VERS UNE CONFIGURATION RELATIONNELLE

Le désir, entre besoin et volonté

Le besoin, le désir et la volonté dans leur rapport à la tendance

Le besoin, fait de manque du nécessaire et de tendance vers lui

Le désir comme tendance

L’illimitation du désir dans son rapport au langage

Le rapport entre désir et contentement

Le désir, entre bien et mal

II – LA TRANSFORMATION DU DÉSIR EN AMOUR ET LA QUESTION DE SA FIN ULTIME

La volonté dans son rapport au désir

La transformation du désir en amour

Le désir dans son rapport à la fin : un désir universel de salut ?

III – COMMENT DIEU S’OFFRE AU DÉSIR ET L’ATTIRE À LUI

Le désir de Dieu dans l’Ancien Testament, au risque de la convoitise

Comment Dieu s’offre au désir de l’homme, selon le Nouveau Testament

Les premières grandes expressions du désir de Dieu

L’accomplissement ultime du désir de Dieu dans la vision face à face

Conclusion

IV – L’EXAUCEMENT DU DÉSIR DE DIEU EN LA VIE PRÉSENTE ET SES CONDITIONS DE POSSIBILITÉ

L’exaucement du désir de Dieu dans l’union transformante

Les conditions de possibilité de l’union complète avec Dieu

Les aspects psychologiques du désir de Dieu et du progrès vers l’union à lui

Conclusion

V – AVONS-NOUS UN DÉSIR NATUREL DE DIEU ?

Pour ou contre le désir naturel de Dieu ?

Évaluation de la thèse d’Henri de Lubac

La nécessaire transformation du désir spontané en désir de Dieu

Conclusion

 

Deuxième partie

LE DÉSIR DE DIEU POUR L’HOMME. UN RENVERSEMENT DE PERSPECTIVE

VI – DIEU DÉSIRE-T-IL ?

Les raisons classiques d’exclure tout désir en Dieu

L’attribution à Dieu d’un désir est-elle une innovation récente ?

Indices d’un enracinement traditionnel

Enjeux d’une exploration de la tradition spirituelle et théologique

VII – UN AMOUREUX DÉSIR. L’ATTRIBUTION D’UN DÉSIR À DIEU PAR LES PÈRES DE L’ÉGLISE ET LES AUTEURS SPIRITUELS DES XIIe-XVIIe SIÈCLES

La pensée du Pseudo-Denys sur l’erôs divin et sa réception médiévale

L’attribution du désir à Dieu par d’autres Pères de l’Église

Le désir de Dieu pour l’homme chez les auteurs spirituels des XIIe-XVIIe siècles

Conclusion

VIII – «UN VRAI DÉSIR» L’ATTRIBUTION À DIEU D’UN DÉSIR AU SENS PROPRE PAR FRANÇOIS DE SALES ET LES THÉOLOGIENS JÉSUITES (XVIe-XVIIe SIÈCLES)

Pourquoi François de Sales attribue-t-il à Dieu « un vrai désir » ?

Désir de Dieu et prédestination.

La querelle « de auxiliis »

Le lien entre le molinisme et l’attribution à Dieu d’un désir au sens propre

Apports et limites de l’approche de François de Sales et des jésuites

IX – UN DÉSIR BOULEVERSANT LA VALORISATION DU DÉSIR DE DIEU POUR L’HOMME PAR LES PASTEURS ET SPIRITUELS DES XVIe-XIXe SIÈCLES

L’évocation à visée pastorale du désir de Dieu pour l’homme

Le Père Faber, au cœur d’une « révolution théologique oubliée »

X – LA PERFECTION DE DIEU EXCLUT-ELLE OU IMPLIQUE-T-ELLE LE DÉSIR ?

Le salut des hommes, infiniment désiré ou infailliblement décidé ? Bilan et perspectives théologiques

L’immutabilité du Dieu impassible, sa miséricorde et la venue de son Fils dans la chair

L’impassibilité absolue à l’épreuve de l’omniscience, de la création et du jugement

La question de la compatibilité de la prescience et du désir en Dieu

Conclusion

XI – LE DÉSIR DE DIEU POUR L’HOMME. UN PUISSANT MOTIF DE FOI, DE DÉSIR ET D’AMOUR

Les évocations bibliques explicites d’un désir en Dieu

En quel sens Dieu désire l’être humain et son salut

Les conséquences existentielles de la reconnaissance du désir de Dieu pour nous

CONCLUSION

Index des noms

Remerciements

L’illustration du site

Il s’agit d’un détail de la Création d’Adam, de Michel-Ange. La proximité entre le doigt d’Adam et celui de Dieu symbolise le lien entre l’être humain et Dieu. Elle évoque aussi le rapport entre les visions scientifique et théologique de l’être humain.
Jean-Baptiste Lecuit, auteur de ce site

Donner pour soutenir le site

Informations personnelles

Total du don : 5€

Pourquoi donner ?

L’accès aux ressources du site est entièrement gratuit. Il a cependant un coût en temps et en frais de maintenance (environ 200€ par an en services d’hébergement, de sécurité et de performance). Si vous profitez de ses ressources et souhaitez contribuer à son fonctionnement, vous pouvez faire un don en choisissant un montant et en cliquant sur le bouton ci-dessus. Merci !

id nunc quis, ipsum mattis nec dolor. Sed venenatis,