La méditation est à la mode. Il est démontré qu’elle est bonne pour la santé physique et psychique. La prière est-elle une forme de méditation ? Est-elle d’un tout autre ordre ? Peut-elle profiter des méthodes de méditation ? Est-elle favorable à la santé psychique ou n’est-elle pas plutôt le signe d’une immaturité psychique ? Avec le médecin et théologien Jean-Marie Gueullette, voici la seconde d’une série de publications sur ce sujet, aux frontières du spirituel et du psychique…

Articles sur méditation et prière chrétienne

Méditation de pleine conscience et prière chrétienne »

Introduction : La méditation de pleine conscience, pratiquée dans un cadre thérapeutique, en entreprise, ou avec des références explicites à ses racines bouddhistes, constitue aujourd’hui pour beaucoup une forme de spiritualité adaptée à notre époque. Qu’est-ce que la tradition chrétienne peut proposer en réponse à cette soif spirituelle ? Y a-t-il complémentarité ou opposition entre la prière chrétienne et la méditation ?

La méditation fait-elle partie de la tradition chrétienne ? »

Extrait : Ce qui est essentiel dans la tradition chrétienne, ce n’est pas la forme que prend la pratique, encore moins ce qui pourrait apparaître comme des ­techniques, c’est la présence aimante et immuable du Christ. C’est lui qui donne sens à la pratique, c’est le don de son esprit qui fait grandir l’union avec lui. Ce qui est irréductiblement spécifique à une prière chrétienne… c’est le Christ.

Méditation orientale et oraison chrétienne »

Extrait : je crois qu’il est absolument nécessaire de souligner que lorsqu’on s’engage dans ces pratiques de prière dépouillée, silencieuse, dans la durée, au long d’une vie, il faut absolument être prévenu que l’on ne sera pas dans le ressenti. Dans la plupart des cas, on se tient sur son coussin ou sur sa chaise avec la ferme attention d’être là. Je ne ressens rien, je n’entends rien, et je ne suis pas dans un état de dilatation extraordinaire – mais je sais que cela a du sens. Je me tiens là parce que je sais que cela a du sens, et je me moque complètement de ce que je peux ressentir, parce que ce que je peux ressentir, c’est moi, ce n’est pas Dieu. Les gens qui vous disent avoir ressenti une grande chaleur – pourquoi Dieu serait-il chaud ? Pourquoi la chaleur serait-elle le signe de la présence de Dieu ? Je pense que le détachement, il faut l’appliquer aussi à la question du ressenti…

S’asseoir : une posture pour chacun »

Extrait : Quelles que soient les solutions que l’on trouve peu à peu, pour se tenir assis durant une petite demie heure, l’essentiel, c’est de ne plus avoir besoin de bouger. Dire cela est très différent d’une interdiction de bouger. On ne place pas une contrainte, sous le poids de laquelle on vivrait le temps de méditation en soupirant et en souffrant, attendant la délivrance ! On recherche quels moyens simples permettent de se tenir tranquille, sans voir envie de bouger…

Autres articles de Jean-Marie Gueulette »

Son site Prière silencieuse

Une vidéo sur méditation et prière chrétienne

Ouvrages de Jean-Marie Gueullette sur prière et méditation